Accueil Géopolitique “Political Mind Games: How the 1% Manipulate Our Understanding of What’s Happening, What’s Right, and What’s Possible”

“Political Mind Games: How the 1% Manipulate Our Understanding of What’s Happening, What’s Right, and What’s Possible”

En cette période d’instabilité où Trump joue au chat et à la souris avec les néoconservateurs qui refusent la multipolarité du monde et le poussent à la guerre, il est bon ici de faire référence à un ouvrage original et courageux.

Dans “Political Mind Games”, le psychologue américain et activiste de gauche Roy Eidelson décrit en effet comment 1% de la population américaine parviennent à manipuler l’opinion, lui faisant accepter « ce qui est bien, ou mal », principalement usant de son désir de sécurité, de justice, mais aussi de sa propension à la culpabilité, toujours latente dans la population. Et ce, principalement au service du complexe militaro-industriel. (Lui échappe cependant le concept de « Super-Classe mondiale », encore plus inquiétant, remarquablement décrit dans son récent livre par Michel Geoffroy)

Eidelson explique néanmoins lumineusement comment sont « vendues » les guerres aux citoyens, en 5 slogans qui s’emboîtent :

  1. « Le monde est un endroit très dangereux. Seules les actions militaires peuvent garantir notre sécurité. Donc le budget des armées doit être toujours renforcé»
  2. « Certains groupes ou pays ont commis d’horribles et gravissimes injustices. Nous ne pouvons pas les laisser faire»
  3. « Ces gens ne sont pas comme nous il n’ont pas les mêmes principes, les mêmes valeurs. On ne peut donc en aucune mesure leur faire confiance ou croire ce qu’ils disent»
  4. « Nos campagnes militaires ont un but noble et généreux, et nous devrions en être fiers»
  5. « Faute d’utiliser notre force militaire, nous serons immédiatement sans défense, incapables de protéger notre façon de vivre»

Il va de soi qu’en vertu de ces critères, 95% des états, religions, ou populations du monde sont des ennemis à anéantir. La guerre doit donc être perpétuelle.

C’est ainsi que le récent sommet de Hanoï sur la Corée a été saboté in extremis par les néoconservateurs de la Maison Blanche, que le Venezuela est pour l’instant étouffé économiquement en prélude à un changement de régime, de même que la Russie, titillée (pipelines à la clé) de la mer Baltique à la mer Noire, ou dans le Caucase, afin de la pousser à un faux pas, un de ces « actes de guerre » déclenchant une intervention qui oscillerait fatalement entre Stalingrad et Bérézina, y entraînant l’Europe, et d’autres en Asie.

Avec l’actuelle répétition générale en Iran, pour se mettre en jambes.

Une bonne occasion de lire ou relire « Combat pour l’Hémisphère Nord » qui décrit les convulsions d’un interrègne se situant entre la chute de l’Union Soviétique et de son empire, et celle de l’empire américain, prévue vers 2035. Un combat entre deux groupes d’initiés pour le contrôle de la totalité de l’hémisphère nord, entre ceux du rêve de la puissance et ceux de la puissance du rêve.

Photo BasNews: Qassem Soleimani 

 

Consulter aussi

Vrai-faux impeachment : Trump contre-attaque

Le feu-follet trumpien semble avoir compris que faire alliance avec le lobby de la guerre …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close