Accueil Analyses Christchurch, Nouvelle Zélande : 50 victimes (au moins).

Christchurch, Nouvelle Zélande : 50 victimes (au moins).

Christchurch, Nouvelle Zélande : 50 victimes (au moins).

Les marchands d’islamophobie feraient donc bien leur travail. Ou est-ce tout simplement le fruit du déclin suicidaire de l’ «Occident »?

Prise en effet dans un sentiment universel d’abandon de la part des élites, confrontée aux attentats terroristes comme aux constants rappels à l’ordre de la part d’une puissance publique (si prompte à punir l’ « islamophobe » suspecté de nostalgie colonialiste), écœurée des injustices économiques dont elle est victime, la population générale occidentale — par ailleurs en voie de paupérisation depuis la fin de la guerre froide — finit effectivement par se radicaliser, et sombrer dans la pathologie. Brenton Tarrant en est la sombre confirmation.

L’anticolonialiste martiniquais Frantz Fanon, au demeurant psychiatre, avait dit que lorsqu’un peuple se sent aliéné, il devient malade. De même que, de Hegel à Albert Memmi, l’on a pu constater la dépendance toxique de toute population à la dialectique du maitre et de l’esclave, du colonisateur et du colonisé. Aujourd’hui l’Europe, ancienne machine à fabriquer l’Histoire, est bel est bien (soft) colonisée par les États-Unis d’Amérique, fer de lance du « gouvernement mondial ». Un « gouvernement » qui trouve fort avantageux d’attiser le feu entre les « Européo-chrétiens », lesquels sous-estiment grandement l’étendue de leur décadence parce qu’ils ont perdu leur « en-soi », et les “Arabo-musulmans” qui ne connaissent cette décadence que trop bien… en oubliant la leur, uniquement fixés sur leur désir de « pour-soi ».

Les premiers souffrent d’immunodépression; les seconds d’hypersensibilité immunitaire.

Les deux ne se rendant pas compte de l’existence d’un adversaire principal — le libéralisme destructeur des peuples et des religions — qui semble vouloir mettre le continent eurasiatique à feu et à sang afin de faire table rase en attendant l’ordre mondial ultime. Celui où quelques centaines de milliers d’oligarques dirigeront 10 milliard d’animaux domestiques contrôlés par « la Force » de l’empire technétronique universel.

Les deux souhaitant la restauration des gloires passées, alors qu’ils n’en sont plus capables, faute de « cause-de-soi ». Mais revenons à nos moutons. Dans le massacre islamophobe de Christchurch (lieu au nom mal choisi), l’on peut se poser une question : à qui profite le crime?

Certainement pas à Donald Trump, défini par les médias comme l’inspirateur de la tuerie, de même qu’il fut (juste avant les récentes législatives où il a perdit la Chambre) associé par la presse à l’attentat contre une synagogue américaine, autant qu’aux envois de menaces personnelles à George Soros ainsi qu’à diverses personnalités des médias ou de la politique. Trump, alors campé en proto-fasciste local, serait maintenant devenu le fondateur du “néoracisme” mondial.

Car le « manifeste » du tueur Brenton Tarrant, qui se considère européen bien plus qu’australien, « incrimine » de facto ou nommément une série de personnes issues des milieux « populistes » mondiaux, en reprenant presque mot pour mot certains de leurs éléments d’argumentaires. Il est de fait que le texte (qui a depuis été retiré du net à la demande du gouvernement néozélandais), aurait pu dans sa partie « diagnostique » sortir des lèvres de Trump ou de bien des « populistes ». A l’exception de Marine le Pen, considérée par Tarrant comme une impuissante. Notons également, ce qui n’a presque pas été relevé, que le modèle politique et ethnique de Tarrant est la Chine (ce que le Président Xi n’a dû guère apprécier).

Enfin, Il dit vouloir inciter par son crime les pouvoirs publics occidentaux à réprimer la liberté d’opinion comme celle de se procurer des armes, espérant dit-il faire sortir européens et américains de leur apathie face, dit-il encore, au « grand remplacement ». Mais qui est vraiment monsieur Brenton Tarrant? Son procès nous le dira peut-être.

Photo: Shia News Association _25th Shawwal_The Martyrdom Anniversary of Imam Jafar as Sadiq (A.S.)

 

 

Consulter aussi

Les hispaniques et afro-américains éliront-ils Trump?

Chaque fois que Trump sent que ça traine du pied dans sa bureaucratie, ou chez …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close